La gastronomie française est en danger. les restaurateurs ne sont plus ce qu'ils doivent être et sacrifient l'autel du sous-vide et de la cuisine d'assemblage...

Cette dérive dangereuse et pernicieuse n'envahira pas la Commune libre du Boulingrin et le maire en personne a décidé de réagir.

catherine coutant

Face au danger, l'opposition représentée lundi soir par Catherine Coutant (notre photo ) n'a écouté que son devoir et a proposé la mise ne place d'une charte gastronomique garantissant le bon manger et le respect des valeurs ancestrales de la gastronomie française. 

Une commission va être formée rassemblant des spécialistes et des gastronomes afin de rendre visite à tous les restaurateurs et de leur proposer d'adhérer à la charte suivante.

Le restaurateur, installé sur le territoire de la commune libre doit:

-veiller au fait qu'un chef travaille en cuisine à partir de produits bruts et frais de préférence de provenance locale;

-veiller au respect d'un bon rapport qualité/prix;

-pratiquer l'accueil boulingrinois au moyen de la formule suivante: "belvenue" et ne jamais se départir du célèbre "sourire boulingrinois" en passe de devenir aussi réputé que "le Sourire de Reims";

-accepter que le Monsieur le maire en titre détermine au sein de sa carte le plat qui portera l'estampille :"plat boulingrinois "réalisé dans le respect des règles laissées à l'arbitraire le plus total de Monsieur le maire.

 

Scan

En contrepartie du respect de ces différents points de base établis et vérifiés par un jury intègre, indépendant et s'autorisant un peu de mauvaise foi, le restaurateur aura le droit de mettre sur sa vitrine, au vu et au su de toutes et tous, une petite affichette dessinée par Mickaël et présentant le sourire boulingrinois.